x>L’indépendance énergétique est impérative pour le développement de tout pays. C’est seulement la disponibilité de sources d’énergie compétitive qui peut, en effet, favoriser l’installation, chez nous, d’usines et nous permettre de profiter du transfert de technologies qui a fait la fortune des pays émergents d’Asie ou D’Amérique latine. Au Niger, nous disposons d’ensoleillement, du vent et, potentiellement, du pétrole). Devant la facture élevée de l’énergie nous ne devons exclure aucune des possibilités que nous offre notre nature. C’est pourquoi le RaCINN-Hadin Kay considère que : - La réalisation du barrage de kandadji, dont les multiples avantages ne sont plus à démontrer, est impérative et urgente et ce, quel qu’en soit le prix - La réhabilitation du CNES et le développement de la recherche en énergie solaire sont impératives et salutaires : le vent et l’intense ensoleillement dont bénéficie l’ensemble du territoire nigérien promettent des énergies renouvelables aux multiples vertus (pas de pollution, pas de gros investissements d’entretien ou de renouvellement) que nous ne devons pas délaisser - Redynamisation de la SONICHAR pour mieux valoriser notre potentiel en charbon et préserver le de forêt qui nous reste par une utilisation domestique. - La construction d’une centrale nucléaire à usage purement civile ne doit plus être un tabou - La poursuite de l’exploitation des recherches de pétrole - L’approvisionnement en gaz naturel. La réalisation de chacune de ces voies pour notre indépendance énergétique, pour être pérennisée, doit susciter la création de centres de formation adéquats pour leur exploitation et leur entretien. De l’habitat Pour sécuriser les populations et les foyers, une vraie politique de l’habitat est plus qu’urgente. Elle doit se traduire par : - La mise en place d’une banque de l’habitat accessible et solvable - La construction de cités et de logements sociaux moins onéreux mais plus adaptés aux foyers nigériens et aux revenus des éventuels bénéficiaires - Le contrôle de la spéculation foncière - La réglementation des contrats de bail pour protéger les locataires. infrastructures routières et Désenclavement du pays La dégradation accélérée actuelle de nos infrastructures de communication ne peut être de nature à favoriser le décollage économique du Niger. Pour l’arrêter, il y a lieu de penser à la mise en place d’une politique adéquate de réhabilitation, d’extension, de protection et de rentabilisation des routes et autres infrastructures. Cela suppose notamment : - La reprise de la Route de l’Unité qui relie N’Guigmi au reste du Niger - le désenclavement de Bilma, en anticipant sur la route transsaharienne - la réhabilitation de la route Tahoua-Agades-Arlit - la réorganisation et le renforcement des actions de réhabilitation et de construction des pistes rurales ; véritables voies de désenclavement surtout des zones de productions ; - la réorganisation de la CAFER en la transformant en Fonds et la doter de ressources humaines nécessaires pour offrir un meilleur service aux populations ; - la mise en route d’un ambitieux programme de construction de chemin de fer Au plan social et culturel
Toute l'actualité
Lire les commentaires
 

Laissez un commentaire

Ajoutez votre commentaire ci-dessous,

Mom
Email
Entrer ce code Wtitg
Code